dans Le bonheur

La semaine dernière, Marie-Louise Gariépy de Film Oddity m’a contacté sur Facebook après avoir découvert mon intérêt pour Patrick Senécal via ce blogue. Elle m’a fait découvrir le projet de sociofinancement pour le film The Passenger, une adaptation cinématographique du livre Le Passager de Patrick Sénécal. Marie-Louise a tout de suite capté mon intérêt ;).
Grand fan de Senécal, c’est l’un des rares auteurs que je lis qui n’écrit pas sur les affaires, le leadership ou le bonheur. J’adore ses livres car ça me fait complètement sortir de mon monde et ça me permet décrocher complètement de la business.

Ensuite, un projet de sociofinancement (jamais entendu parler!), sur Indiegogo (jamais entendu parler non plus!) Je connaissais Kickstarter mais pas Indiegogo. Pour ceux qui ne connaitraient pas Kickstarter, c’est un site qui permet à n’importe qui de présenter un projet créatif (un nouveau produit, un jeu, une technologie) et de demander aux consommateurs futurs intéressés de contribuer financièrement au projet. Depuis sa création en 2009, près de 8.8 millions de personnes ont engagé plus de 1.8$ milliard et ainsi financé 86 000 projets créatifs via Kickstarter. Impressionnant n’est-ce pas ?

Est-ce qu’on pourrait utiliser un genre de Kickstarter pour lever des fonds pour un film ? Wow, c’est génial!

J’ai donc contacté Marie-Louise en lui demandant si on pouvait se parler, je voulais en savoir plus sur le projet! L’objectif de la campagne de sociofinancement est de lever 15 000$ pour permettre de faire réviser les dialogues par un dialoguiste anglais, réviser le script, le finaliser, et créer une vidéo de présentation, un bout de film qui montre l’expertise de l’équipe. Avec tout ça en main, Olivier, Francis et Marie-Louise pourront se mettre à la recherche du financement et des acteurs.

Ce qui m’a frappé lors de ma discussion avec Marie-Louise, c’est sa passion pour le projet et pour son métier. Dans mes conférences sur le bonheur au travail, je parle souvent des 3 types d’emploi qu’on peut avoir:

  • On peut avoir une « job »: ça paie les bills.
  • On peut avoir une carrière: on se voit dans sa job à long terme.
  • Et on peut avoir une vocation: c’est comme un appel, c’est plus fort que nous.

Marie-Louise est définitivement dans la 3e catégorie 😉

Je vous invite donc à jeter un oeil au projet, et, si vous aimez Patrick Senécal ou si le coeur vous en dit, faites donc une petite contribution :). Toutes les informations se trouvent ici sur la page du projet: The Passenger sur Indiegogo.

D’autres billets qui pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

OK, je l'avoue, je médite... Mais ne vous sauvez pas!Ma première Course Spartan