dans Le bonheur

Durant une ride de vélo récemment, j’écoutais Simple Man, de Lynyrd Skynyrd. Peut-être que c’est la quarantaine, peut-être que c’est de voir mon fils terminer le secondaire. Les paroles m’ont particulièrement touchées.

Un parent qui parle à son enfant. Comme on l’a tous fait, souvent de façon maladroite. On essaie de leur partager ce qu’on a appris, à date, dans la vie. Et la plupart du temps, je crois qu’ils ne peuvent pas comprendre. Comme je ne comprenais pas ce que mes parents essayaient de me dire quand j’étais jeune.

Ça me fascine à quel point c’est une roue qui tourne, constamment, sans fin. On n’écoute pas. Et même si on écoute, on ne comprends pas. On trouve que les « vieux » sont dépassés. Puis on vieilli à notre tour. Et là on comprend. Et on dit la même chose à nos enfants.

Dans la vingtaine, je voulais être millionnaire à 30 ans.

Dans la trentaine, je voulais avoir une « grosse » compagnie, avec des centaines d’employés.

Aujourd’hui, je veux juste la paix. Prendre un café dehors le matin avec ma femme. Partir à vélo, sentir le vent sur ma peau. Voir la passion du soccer dans les yeux de ma fille. Le sourire de mon fils quand il est sur un terrain d’Ultimate Frisbee. Écouter mes parents raconter une histoire de voyage en s’entrecoupant l’un l’autre par débordement d’enthousiasme.

Il y a plusieurs années, j’écrivais le Système du bonheur. Une méthode pour « être heureux ». Du haut de ma « grande expérience » de jeune adulte. Un vrai système, en 4 étapes, chacune avec plusieurs composantes. Une liste de choses à faire chaque matin, chaque dimanche, chaque mois, etc. Pourchasser les objectifs sans relâche, jusqu’à ce qu’on les atteignent tous et qu’on soit, enfin, pleinement heureux.

Aujourd’hui, je suis plutôt convaincu que le bonheur ne se trouve pas dans le « faire », mais plutôt dans le « être ». Et même ça, ça sonne cliché.

Ce que je comprends surtout maintenant, c’est que ce que je pense aujourd’hui n’est que ma propre vérité, d’aujourd’hui. Elle changera peut-être demain. Assurément dans 5 ans, dans 10 ans, dans 30 ans.

Mais en écoutant cette chanson, le mot « simple » me parlait tellement. La simplicité. C’est d’ailleurs ce qui m’attire beaucoup dans la musique Country. La simplicité de la vie. La campagne, les pickups, la rivière, la terre. Une journée à la fois. Pas de drama, pas de superflu. Juste vivre.

Anyway, je vous laisse sur les paroles de la chanson :).

Mama told me when I was young
Come sit beside me my only son
And listen closely to what I say
And if you do this it’ll help you
Some sunny day oh yeah

Oh take your time don’t live too fast
Troubles will come and they will pass
Go find a woman yeah and you’ll find love
And don’t forget son there is someone up above

And be a simple kind of man
Oh be something you love and understand
Baby be a simple kind of man
Oh won’t you do this for me son if you can

Forget your lust for the rich man’s gold
All that you need is in your soul
And you can do this oh babe if you try
All that I want for you my son is to be satisfied

And be a simple kind of man
Oh be something you love and understand
Baby be a simple kind of man
Oh won’t you do this for me son if you can
Oh yes I will

Oh don’t you worry you’ll find yourself
Follow your heart and nothing else
And you can do this oh babe if you try
All that I want for you my son is to be satisfied

And be a simple kind of man
Oh be something you love and understand
Baby be a simple kind of man
Oh won’t you do this for me son if you can

And baby be a simple real simple man
Oh be something you love and understand
Baby be a simple kind of man

 

D'autres billets

Leave a Reply

Struggle porn - Marc-André Lanciault