dans La business

Une collègue de travail nous partageait une publication de Marco Bérubé aujourd’hui. Et ça m’a rappelé qu’il y a 2 ans déjà, le gouvernement annonçait la fermeture des entreprises pour limiter la propagation du COVID-19. 48 heures plus tard, on perdait 100K de contrats. Le sol se dérobait sous nos pieds. Cette semaine-là, j’écrivais sur ce blogue un cri du coeur qui semble avoir rejoint des milliers d’entrepreneurs à travers le Québec.

Je l’ai relu tout à l’heure. Et il me touche toujours autant.

Et un jour on perd tout. Tout ce qu’on a bâti, toute l’énergie, tout l’amour qu’on y a donné. 15 ans à bâtir quelque chose tous les jours et 3 mois pour tout perdre. La business, le mariage, la maison, ton char, tes amis. Même tes anciens employés sont en crisse contre toi pour leur avoir fait « ça ».

On pleure, on crie, on est en colère. On se jure de ne plus jamais revivre ça. De se trouver une petite job, sans responsabilité avec un petit salaire qui rentre aux 2 semaines. Oui, un petit salaire. Ce sera toujours mieux que le 0 salaire d’avant. On pense à aller flipper des burgers au resto du coin.

Puis on se relève, et on recommence. Parce qu’on est comme ça. Parce que le désir de bâtir est plus grand que tout. Parce que la soif de créer est toujours là.

Et parce qu’on oublie. On oublie les mauvais moments.

C’est ce qui va se passer dans quelques mois. On aura oublié toute cette crise. On aura rebondi, encore une fois. Même si on aura tout perdu, on va rebondir. On va recommencer.

Ç’aura pris pas mal plus que quelques mois. Mais nous avons rebondi. Encore une fois. Oh, nous sommes loin d’être sortis de l’auberge (ne le sommes-nous jamais quand on bâtit une entreprise?), mais les 48 derniers mois ont été toute une ride. Et c’est en écrivant ces mots que je le constate pour la première fois, on dirait.

À la fermeture des entreprises, le 23 mars 2020, Geneviève, Philippe et moi étions sur le point de mettre la clé dans la porte de illuxi. Notre modèle d’affaire de l’époque consistait à concevoir et produire des formations immersives et interactives. Mais ça ne fonctionnait pas. Même si je reste convaincu que nous étions révolutionnaires avec ce genre de formation, on était probablement 20 ans trop tôt…

Je ne sais même pas qui a eu l’idée en premier. Nous avons commencé à nous demander quel était l’actif principal de la compagnie. Était-ce les formations que nous concevions? Était-ce notre savoir-faire? Notre expertise? Et si c’était autre chose? Et c’est là que l’idée a pris forme.

Pour propulser les formations immersives que nous avions créées, il nous fallait une plateforme web. Aucune des plateforme de formation sur le marché ne nous permettait d’accomplir ce que nous avions en tête. Nous l’avons donc créé. C’est devenu la Plateforme illuxi. C’est cette plateforme qui faisait vivre nos formations immersives.

Mais cette plateforme justement, ne pourrions-nous pas l’utiliser pour faire autre chose aussi? Comme des rencontres virtuelles, des conférences en ligne ou des événements virtuels par exemple?

Ben oui! Et c’est ce que nous avons fait. Nous avons transformé notre plateforme pour en faire une solution d’événement virtuel et de formation en ligne. Nous avons travaillé fort. Affronté vents et marrées. Nous avons fait plein d’erreurs et quelques bons coups. Nous avons embauché, embauché et embauché.

2 ans après, nous sommes encore là. Nous avons un super produit, des centaines de clients, une équipe extraordinaire et une culture d’entreprise dont nous pouvons être vraiment fiers. Il nous reste des millions de défis à relever. Encore. Mais nous sommes toujours là. Parce que le désir de bâtir est plus grand que tout.

Alors on continue..

 

 

 

Recent Posts

Leave a Reply

Gestion de crise Covid-19