dans La business

Dernièrement, je suis allé faire un tour à l’émission de radio de mon associé Philippe Richard Bertrand au FM 103.3 pour parler d’entrepreneurship. J’y ai raconté mon parcours. Si beaucoup d’entrepreneurs ont toujours su qu’ils voulaient être entrepreneur, ce ne fut pas mon cas. Non seulement je ne le savais pas, mais je me suis retrouvé entrepreneur un peu par accident. Et ça m’a pris un bon 10 ans après pour accepter pleinement que c’est ce que je suis. C’est la seule chose que je sais faire, le seul « métier » où je suis bien.

Quand je raconte mon histoire dans une conférence, je commence toujours de la même façon, avec ces 3 slides:

Moi je suis allé à l’université parce que ma mère m’a dit: Tu vas à l’université.

entrepreneur-universite

(Et ce n’est pas ma vraie mère en passant 😉 )

En Administration, parce que mon père avait fait ça.

Ça c’est mon vrai père par contre 😉

entrereneur-administration

À l’UQAM parce que j’ai été refusé au HEC.

entrepreneur-uqam

Et j’ai été mauvais. Mais vraiment mauvais. Tellement qu’à la moitié de mon Bac, j’ai reçu une lettre de l’université qui, en gros, me disait que si mes notes ne s’amélioraient pas, on m’encourageait fortement à aller faire autre chose.

Et quelques jours plus tard, j’entrais pour la première fois dans l’un des cours à option que j’avais choisi par hasard: introduction à la programmation.

Et c’est là que tout a changé. J’ai découvert, par hasard, une matière dans laquelle je pouvais exceller. Tout simplement parce que ça me passionnait. Et c’est rare qu’on n’est pas bon dans quelque chose qui nous passionne.

Par la suite, j’ai pris tous les cours que je pouvais en informatique et j’ai terminé mon Bac avec une concentration en systèmes d’information.

Je suis devenu Directeur TI dans une boîte de Syndic de faillite. Et comme après quelques semaines, j’avais réglé tous leurs problèmes informatiques, je me tournais les pouces. Mon patron m’a alors demandé si je pouvais leur faire un intranet pour que les employés puissent échanger entre eux et documenter les processus d’affaires.

Je n’avais aucune idée comment faire ça, mais j’ai cherché, j’ai appris et je l’ai fait. Ce fut mon premier succès professionnel.

Par la suite, je me suis retrouvé président du syndicat de copropriété du condo que je venais d’acheter. Et on avait plein de problèmes avec le constructeur. C’est là que j’ai découvert un site web de vulgarisation de l’information juridique sur la copropriété. Le site m’a donné toutes les informations dont j’avais besoin, mais il était terriblement mal fait.

Et c’est là, à ce moment là exactement, que je suis devenu entrepreneur, toujours sans le savoir.

J’ai appelé l’avocat en charge du site web et je lui ai dit:

Merci beaucoup pour votre site web, il m’a vraiment aidé!

Et en passant, nous dans la vie on fait ça des sites web, alors si jamais on peut vous aider…

Évidemment, il n’y avait pas de nous, et on faisait pas ça dans la vie du tout des sites web…

Mais il m’a répondu que justement, il cherchait une boîte pour refaire le site.

Merde.

Pris à mon propre jeu. Je n’ai jamais été en affaires, j’ai aucune idée combien charger, comment ça fonctionne une business, merde, dans quoi je me suis fourré!

Je suis allé m’assoir dans le bureau de mon boss, je lui ai raconté ça et il a décidé de m’aider. Il allait me coacher à devenir entrepreneur et je m’occuperais de la business.

Et ça a commencé comme ça.

Et ça m’a pris un autre 10 ans avant d’accepter que j’étais devenu entrepreneur.

Et il y a eu des hauts très haut, des bas très bas, des peines, des joies. La vie d’entrepreneur, quoi!

Je vous invite à écouter l’intégral de l’entrevue ci-dessous!

D'autres billets

Leave a Reply

crm-ventes-amplio-numerique-1