dans La famille

Nous le savons déjà nous sommes des parents indignes. C’est nous, on est comme ça, on l’accepte. Je reste convaincu que nos enfants, au bout du compte, ne seront pas plus « fuckés » que nous (désolé, je n’ai pas trouvé de bonne correspondance en français)… En premier lieu, il n’auront pas les carences psychologiques et émotionnelles d’être des enfants uniques, ce qui devrait les aider… Mais bon, je m’éloigne du sujet…

Il y a quelque mois, ma femme a acheté le livre des Chroniques d’une mère indignes. Je peux vous dire que ce fut une délivrance certaine de constater que nous n’étions pas tout seul à être indignes!

Donc, hier, nous avons eu un superbe moment d’indignité.Mémorable au point qu’on veuille s’en souvenir! Donc, les enfants étaient dans notre chambre à se tirailler et à crier à tue-tête (« business as usual« , je vous dirais…). Nous sommes donc sortis de la chambre et avons fermé la porte derrière nous avec un soupir de soulagement. Un décibel de moins, c’est toujours ça de gagner!

C’est alors que nous avons commencé à nous embrasser passionnément. Mais, ne pensant qu’aux autres (comme je fais toujours ;-)), j’interromps ma douce pour lui dire qu’on doit arrêter car ils vont « s’entre-tuer la dedans ». Et ma tendre moitié de répondre, la réplique de parent indigne officielle du mois:

Bah, laisse-les faire, ça en fera un de moins…

Juste à l’écrire, je suis encore mort de rire! Ouep, je crois qu’on se qualifie de plus en plus ma belle!

D'autres billets

Leave a Reply